La génération Y : une génération auto-formée ?

Publié le par Stéphanie Fougeras

01/03/2012

 

Ils sont constamment connectés sur Facebook, pianotent sur leur iPhone, n’ont que faire des règles hiérarchiques et veulent accéder et partager rapidement l’information pour apprendre vite et bien.

L’ADN du nouvel apprenant s’est modifié. Et aujourd’hui la performance durable de l’entreprise est étroitement liée à la capacité des RH à réussir l’intégration opérationnelle et humaine de cette nouvelle génération.

Reste à identifier la meilleure stratégie et les outils les plus adaptés. 

« L’ADN du nouvel apprenant a été considérablement modifié », confirme Evelyne Gallagher, Account Director chez Certpoint Systems avant d’ajouter que « le nouvel apprenant est social, non-hiérarchique et pressé. Plus concrètement, si un jeune Y recherche une information ou même un moyen pour se former rapidement, il utilisera en premier lieu, le moteur de recherche Google puis ira sur YouTube et se dirigera ensuite vers les réseaux sociaux collaboratifs ».

 Comment les entreprises doivent-elles adapter leurs dispositifs de formation à cette génération Y, élevée avec Internet et biberonnée aux nouvelles technologies ?

Les collaborateurs issus de la génération Y veulent apprendre des autres tout en partageant leurs propres connaissances. Lorsqu’un jeune Y s’adresse à son réseau, il met tout le monde sur un pied d’égalité abolissant la notion même de hiérarchie si cher à la génération X. Enfin, cette nouvelle génération souhaite que son apprentissage se fasse rapidement, raison pour laquelle elle préfère les process fluides et lisses. 

Wirearchy, le mot est lâché

Les leaders de demain seront issus de cette Génération Y et s’épanouiront dans des entreprises nouvelle génération.

Dans un monde en réseau, il y aura bien sûr la notion de hiérarchie mais plus encore celle de Wirearchy qui impliquera d’être connectée en permanence ou encore de construire et gérer sa réputation en ligne pour finalement prendre le leadership des réseaux sociaux en partageant son savoir-faire et sa connaissance.

« Cette nouvelle façon de partager de manière ouverte les informations et les savoir-faire impliquera pour l’entreprise un effort certain pour adapter ses modèles de formation dans un monde professionnel où les frontières sont désormais abolies », indique Evelyne Gallagher.

 Selon certains experts de la formation, « Il faut construire des outils qui intègrent toutes les fonctionnalités auxquelles la génération Y a recours et qui permettent de créer une interaction avec l’extérieur. Facebook s’impose ici comme une évidence. Il faut également mettre à disposition des banques de données équipées d’outils favorisant la lecture avancée comme Amazon par exemple.

 Les nouvelles générations sont en effet en recherche de contenus accessibles facilement et rapidement et mettre en place des moteurs de recherche propre à l’entreprise, est une option qu’il ne faudra pas négliger dans les années à venir ».

 

Emilie Vidaud

Commenter cet article