Professionnels RH : ce qui vous attend en 2012

Publié le par Stéphanie Fougeras

 

Professionnels RH : ce qui vous attend en 2012

Emploi, priorités, salaires et perspectives de carrière … Le cabinet Hays passe au crible les professionnels de la fonction RH.

 

Malgré la crise, les professionnels RH peuvent rester optimistes. Le marché de l’emploi connaît une légère embellie en termes de recrutement : les embauches devraient s’orienter vers des postes de développement (formation, GPEC, et recrutement) et des postes plus techniques tels que les métiers du Compensation & Benefits et du SIRH, selon l’étude du cabinet Hays, publiée le 15 février.

 

Les profils bilingues sont également recherchés. De même, le « business partner » a la côte : il doit être capable, outre ses compétences en ressources humaines, d’avoir une vision financière et d’orienter sa politique RH en fonction des réalités du business. Une double compétence très appréciée des directions générales.

A cet égard, l’étude souligne que 91% des DRH participent au comité de direction.

 

Les chantiers

Parmi leurs priorités, la fidélisation des talents reste en tête de leurs préoccupations. « Tout d’abord, ils doivent ouvrir leurs méthodes de recrutement aux nouveaux médias, réseaux sociaux, par exemple.

 

Et mettre en avant leur marque employeur afin d’être attractifs», selon le cabinet Hays. Car la fidélisation ne se décrète pas.

 

A eux de déployer toute une palette d’outils pour garder les meilleurs éléments que ce soit en termes de formation, de gestion de carrière ou de politique de rémunération. Un défi de taille à relever avant la reprise.

Autres dossiers à traiter en 2012 : l’égalité hommes/femmes ; la politique handicap ainsi que les problèmes d’équité interne.

 

Rémunération

En revanche, les professionnels de la fonction ne verront pas leur rémunération augmenter cette année. 2012 ressemblera en tout point à 2011.

Concrètement, un salaire de DRH restera stabiliser en moyenne à 70 000 euros ; tandis que le salaire d’un RRH se situera entre 50 000 et 60 000 euros. Quant au DRH monde, il peut espérer toucher autour de 100 000 euros.

 

Par ailleurs, Hays note que la rémunération variable gagne du terrain. « Les rémunérations se construisent avec une partie fixe et une partie variable indexée sur la performance individuelle et non plus uniquement collective ».

 

A noter, toutefois : les entreprises cotées ou filiales d’entreprises étrangères, notamment anglo-saxonne, proposent des salaires plus élevés. « La rémunération est davantage considérée comme un véritable levier de fidélisation et de motivation pour les salariés qu’elle ne peut l’être dans les entreprises françaises », note l’étude.

 

 

Camille Leroy

Commenter cet article